Blackjack ou "Valet noir"

A la fin du XIXe siècle, la combinaison formée d'un As noir et d'un Valet noir, était payée dix contre un aux États-Unis. Les origines du jeu, elles, se perdent bien plus loin dans les ténèbres des siècles. Les joueurs du Moyen Âge flambaient déjà au Blackjack, pratiqué alors sous le nom de Vingt-et-Un.

Blackjack

Blackjack - Casino Sands - Las Vegas

Pourquoi 21 ? Simplement à cause de l'As qui, dans le Blackjack, peut prendre les valeurs 1 ou 11, et à cause des figures, qui valent 10.

La combinaison appelée "blackjack" est donc le point 21 en deux cartes.

Le décret du 10 septembre 1969 a autorisé le Blackjack dans les casinos français en même temps que le craps, son petit frère américain (jeu de dés dont la forme la plus populaire est appelée "passe anglaise"). Aujourd'hui, l'écrasante majorité des casinos de l'Hexagone qui possèdent la licence d'exploitation du Blackjack le proposent sans retenue à leur clientèle. C'est le jeu de cartes de casino le plus populaire.

Après sa légalisation aux États-Unis en 1931, la fièvre Blackjack gagne le Nevada, puis Atlantic City dans le New Jersey en 1978. Edward Thorp apportera un nouveau souffle dans le Blackjack avec le comptage de cartes, mettant plus de chance du côté des joueurs.

Avec cette nouvelle stratégie de jeu, de nombreux casinos se lancent dans la modification des règles du jeu et de nombreux ouvrages sont publiés pour apprendre aux joueurs comment remporter la main au Blackjack. À partir de ce moment-là, le jeu devient célèbre.

Si vous souhaitez avoir plus d'informations sur le comptage des cartes, le site Le-black-jack.com vous permet de découvrir comment les compteurs de cartes ont sévi dans les casinos à la fin du siècle dernier.


Règles du jeu de Blackjack

Voici les règles principales du Blackjack :

1 - Le Blackjack se joue à l'aide de un ou plusieurs jeux de 52 cartes, avec un banquier et un nombre indéterminé de pontes. L'As vaut 1 ou 11 points, au gré de son détenteur. Les figures valent 10 points. Les cartes numérales gardent leur valeur. Le but de la partie est de faire 21 avec deux ou plusieurs cartes dans les conditions précisées ci-dessous.

2 - Le banquier donne, une par une, deux cartes à chaque ponte et en prend deux pour lui. Chaque ponte, en commençant par le voisin de droite du banquier, annonce s'il joue ou s'il passe en déposant ou non un enjeu.

3 - S'il joue, ce qui signifie que ces deux cartes réunissent soit 21 points, soit un nombre très voisin de 21 points, il peut soit demander des cartes, soit « se tenir ». Le banquier donne à chaque ponte, une à une, et en les découvrant, les cartes demandées.

4 - Si un ponte, en recevant les cartes supplémentaires, dépasse 21, il annonce qu'il crève et il perd son enjeu au profit du banquier.

5 - Quand tous les pontes sont servis, et que les pontes qui ont crevé ont été écartés, le banquier à son tour complète son jeu. S'il crève, il double la mise des pontes qui n'ont pas crevé. S'il n'a pas crevé, il étale ses cartes, ainsi que tous les joueurs qui restent dans le jeu. Le banquier ramasse les enjeux de ceux qui ont moins de points que lui, et il double la mise de ceux qui ont plus de points que lui. A point égal, il y a coup nul.

6 - Le joueur, ponte ou banquier, qui fait 21 points avec ses deux premières cartes, abat son jeu et reçoit du banquier le double de sa mise. Si c'est le banquier qui a fait 21, ce sont les pontes qui n'ont pas 21 qui doivent lui payer le double de sa mise.


Les fautes à ne pas commettre au Blackjack

Le Blackjack est le seul jeu de casino où le hasard n'est pas seul à dicter son verdict. En cours de partie, les joueurs sont amenés à prendre des décisions qui, dans tous les cas, vont influer sur son déroulement. C'est ce qui fait la particularité et le charme de ce jeu que l'on pourrait qualifier « de semi-hasard ». Toutefois, très nombreux sont encore les joueurs qui prennent leurs décisions de tirage à tort et à travers, se fiant à leur instinct. C'est très regrettable car suivant l'opportunité des décisions prises, l'avantage du casino peut varier dans des proportions énormes.

Un joueur ne prenant que les bonnes décisions fait à peu près jeu égal avec la banque, tandis que celui qui tire au petit bonheur la chance peut laisser plus de 30% d'avantage au casino.

1. Tirage: Ne jamais tirer lorsque l’on a 17 points ou plus.

Dans ces cas-là, la probabilité de « sauter » est tellement importante que nous préférons ne pas en parler. Autant donner directement vos jetons au croupier, le résultat sera le même.

2. Assurance : Ne jamais s’assurer sauf si vous avez vous-même Black-Jack auquel cas il est impératif de prendre une assurance.

L'assurance paie deux pour un (si vous ne le saviez pas, c'est de toute façon inscrit sur tous les tapis de Blackjack). Sachant cela, il est bien évident que pour être équitable, on devrait toucher cette assurance une fois sur trois. Or, l'assurance n'est gagnante que lorsque la seconde carte du croupier est un dix ou une figure et cette éventualité est de quatre fois sur treize. Autrement dit, en vous assurant systématiquement, vous serez toujours certain de perdre au moins 1/13e de vos mises.

Par contre, si vous avez vous-même Black-Jack (soit 21 points en deux cartes), vous êtes alors obligé de vous assurer car c'est la seule manière d'être certain de sortir gagnant du coup. En effet, si la banque fait elle aussi Black-Jack, elle ne vous paiera pas le vôtre, mais elle paiera votre assurance. Si elle prend une autre carte qu'un dix ou une figure, elle raflera votre assurance mais elle devra payer votre Black-Jack. Dans les deux cas, vous aurez misé une pièce et demi et vous aurez deux pièces et demi à la fin du coup. D'où un gain certain d'une pièce.

3. Splitting: Ne jamais séparer les 10 (ou figures), les 9 et les 5.

Quelle que soit la carte du banquier, il ne faut jamais séparer les 10, les 9 et les cinq. Pour information, sachez qu'en Angleterre ce type de splitting est interdit par la règlementation qui passe pour être la plus protectionniste au monde vis-à-vis des joueurs.

En réfléchissant un peu, cela tombe sous le sens. Deux 10 ou deux 9 font soit 20, soit 18 points. Soient des points qui ont de grandes chances d'être gagnants, voire à égalité avec la banque. En les séparant vous hypothéquez un gain fort probable sans savoir ou vont vous mener vos deux nouvelles mains. Dans la majeure partie des cas, vous en gagnerez une sur deux et vous vous retrouverez bredouille sur le coup. Idem pour les 5 qu'il ne faut jamais séparer non plus. Seulement ici, il faudra tirer une ou plusieurs cartes ou doubler sa mise si la carte du banquier le permet.

4. Double down: Ne jamais doubler sa mise si la banque a un 9, un 10 ou un As.

Ici, c'est à la fois simple et catégorique. Que vous ayez 9, 10 ou 11 points avec vos deux premières cartes, vous ne pouvez jamais pratiquer de double down si la banque a un 9, un 10 ou un As.

Ces quatre règles fondamentales constituent vraiment la base élémentaire du joueur de Blackjack.

Évidemment, avec l'expérience, vous apprendrez que dans certains cas très précis, on peut un peu moduler et faire quelques écarts à ces principes fondamentaux.


Variantes de Blackjack

Retrouvez ci-dessous quelques variantes de Blackjack pratiquées dans les casinos.

Le Blackjack Switch

Le Blackjack switch est une variante intéressante du Blackjack. En effet, ses règles s'inspirent d'un mode de triche du Blackjack classique.

Au Blackjack switch les cartes jouées sont composées de cartes allant jusqu'à 8 jeux de 52 cartes. Ainsi, au début de la partie, comme dans le Blackjack classique, le croupier fait une donne d'une carte pour tous les joueurs dont lui. À cette première donne, toutes les cartes y compris celui du croupier seront visibles.

Le croupier fait ensuite une seconde donne d'une carte à chacun, encore une fois visible sauf pour lui. L'objectif du jeu étant de faire un black jack soit atteindre une valeur de 21 sur ses deux cartes, ou approcher les 21 en continuant la donne, à la demande du joueur, il en va de même pour le croupier qui représente la maison.

Lorsque le joueur atteint plus de 21, il perd. Lorsqu'il atteint un chiffre entre 17 et 21 et que la main du croupier est inférieure à la sienne, il gagne. En cas d'égalité entre le joueur et le croupier, le joueur ne perd pas sans gagner pour autant. Ainsi, dans le Blackjack switch, le croupier ne fera pas une première donne avec une seule carte mais deux cartes. Ces dernières représentent les deux jeux d'un même joueur. Ainsi, celui-ci sera libre d'intervertir ses jeux le long de la partie pour former la meilleure combinaison possible. Par ailleurs, les possibilités du Blackjack classique sont conservées dans le Blackjack switch. Ainsi, vous pourrez également utiliser l'assurance, le doubler ou le split.

Vous jouez l'assurance lorsque la carte du croupier est un as, ce dernier a donc une forte probabilité de faire un Black-Jack. Ainsi, vous pourrez vous assurer contre cette possibilité en misant la moitié de votre mise initiale. Ainsi, lorsque le croupier fait black jack, le joueur perd uniquement sa mise et non son assurance, sinon deux cas peuvent intervenir. Si le joueur perd, il perd à la fois son assurance et sa mise, dans le cas contraire, il gagne le montant de sa mise mais perd son assurance.

Pour faire un doubler, le joueur, en possession de deux cartes doublera sa mise et n'aura plus droit qu'à une troisième et dernière carte. Concernant le split, le joueur en possession de deux cartes de même valeur aura la possibilité de séparer son jeu et d'avoir une main supplémentaire.

Une petite particularité du Blackjack switch réside dans l'égalité à 22. Dans ce cas, le donneur a le droit de tirer des cartes à son profit jusqu'à ce qu'elles lui donnent satisfaction. Lorsque ses cartes franchissent la somme de 22, tous les joueurs sont à égalité excepté lorsqu'un joueur fait un Black Jack.


Le Pontoon Blackjack

Se jouant avec 8 jeux de 52 cartes, le Pontoon adopte presque les mêmes principes que le Blackjack. C'est le joueur contre le donneur. Le but : Battre la main du donneur, tout en ayant une main de valeur inférieure ou égale à 21. Et si, par chance, les deux premières cartes tirées par le joueur ont une valeur exacte de 21, alors il a un « Pontoon », la meilleure main.

En principe, le jeu se déroule de cette manière : chaque participant tire deux cartes pour former une main. Le croupier regarde s'il a « Pontoon ». Si c'est le cas, il gagne, sinon le jeu continue. Il n'y a pas de match nul. Si les mains sont de même valeur, c'est le donneur qui gagne. Le joueur va ensuite, selon la valeur de sa main, tirer une autre carte, passer, couper ou doubler. Si sa main a une valeur égale ou supérieure à 15, c'est-à-dire complète, alors il peut « passer ». Et si ses cartes sont de même valeur, il peut les « couper ». Ce dernier consistant à séparer les cartes et placer ainsi un nouveau pari.

On peut « couper » jusqu'à 3 mains. Le joueur peut également, toujours par rapport à la valeur de sa main, « doubler » sa mise. Après quoi, il peut tirer autant de cartes qu'il veut tout en gardant sa main. Il existe aussi une dernière option : celle des « 5 cartes » qui consiste à tirer jusqu'à cinq cartes sans dépasser la valeur 21. C'est l'une des clés d'une main gagnante. Quant au donneur, son principe est d'analyser sa main et d'agir en conséquence: il peut, soit tirer une carte, soit « passer » uniquement.

Voici donc les mains gagnantes : le « Pontoon »: il est constitué par des cartes d'une valeur totale de 21. Ensuite, la « Main à Cinq Cartes » composée de cinq cartes dont la valeur n'excède pas 21. Ces deux premières mains rapportent 2 pour 1. Puis, on trouve le « 21 » constitué par trois ou quatre cartes d'une valeur de 21, qui rapporte la mise une fois. Enfin, on a la « main gagnante » deux, trois ou quatre cartes dont la valeur n'excède pas 21. Et pour la main perdante, il y a la « Main brûlée » avec des cartes dont la valeur excède 21. Dans ce cas, le joueur perd sa mise.

Pour gagner dans le Pontoon Blackjack, il faut savoir évaluer sa main, faire une brève analyse de la situation, et agir en connaissance de cause. Les intuitions, bien qu'elles soient bonnes quelques fois peuvent tromper, alors il faut décider à partir des faits et ne pas s'emporter vaguement. Les amateurs de Blackjack trouveront également passionnant le Pontoon.


Le Spanish 21 Blackjack

Le Spanish 21 Blackjack est un jeu de cartes qui se joue soit en ligne, soit dans les casinos terrestres. Dans les deux cas, les règles et les objectifs sont les mêmes.

Ce qui différencie le Spanish 21 d'un Blackjack est que l'on joue avec 288 au lieu de 312 cartes, car tous les 10 de chaque jeu ont été retirés. Cette pratique donne beaucoup d'avantages à la banque. Ce sont les 10 numériques qui ont été mis de côté mais les figures qui valent 10 restent toujours dans le jeu.


Histoire du Nevada 21, le premier Blackjack électronique

Nevada 21
Nevada 21

Dans les années 80, l'un des plus importants fabricants de jeux électroniques de la côte ouest des États-Unis venait de lancer un tout nouvel appareil sur le marché : le « Nevada 21 », un Blackjack « comme dans la réalité » mais complètement électronique. L'appareil pouvait recevoir cinq joueurs qui s'opposaient à un « dealer » (croupier) déguisé en écran vidéo. Le jeu se déroulait rigoureusement comme s'il s'agissait d'un Blackjack « humain » au niveau de toutes les décisions (tirer, rester) et options (séparer, doubler, assurance) de jeu.

Les joueurs n'avaient absolument aucune difficulté à suivre la partie vu que « Nevada 21 » était doté d'un organe vocal synthétique et qu'il interrogeait tour à tour chaque client dans la langue de son choix. Pour ce qui était du « sabot », les casinos pouvaient déterminer le nombre de jeux utilisés comme bon leur semblait (de 1 à 6). Les parties se déroulaient tout à fait normalement et la machine n'avantageait pas plus le croupier que les joueurs.

À vrai dire, ce n'était même pas nécessaire car entre chaque donne, le « sabot » était à chaque fois remélangé. Ce qui n'a aucune importance pour l'amateur occasionnel mais qui est complètement dissuasif pour les « compteurs » qui n'ont plus aucunes chances de se défendre.

D'après ses fabricants, le « Nevada 21 » était appelé à devenir le Blackjack de l'an 2000. Depuis le milieu des années 2010, les tables de Blackjack électroniques fleurissent dans les casinos.